Chanceuse La Gustine ? Pas Trop ! On trouve souvent ce qu’on ne cherche pas....

 

 

La Gustine en avo trové yun dans la boutseûre

 

 

Y é en se renv’nant d’en tsan és tseuvres que la Gustine avo vu les dous pis que dépassin d’la boutseure. Y avo pas ran qu’les pis dans la boutseûre, y avo tot l’reste : un homme qu’éto tot dépenailli, éstrafilé de pretot, que guémento….que guémento…

    Al a été qu’ri sa s’vire, al l’a tsardzi avu bié des maus, pi al l’a nem’né vés leuille. Al li a donné à bouère, al a débarboyi sa dzambe qu’éto enchyi pî tote nère, li a vreussi d’ssu un varre de goûte. San y l’a bin révyi !! Y é en l’avisant meû achteûre qu’al  a vu qu’y éto un papioulé tot rodze. De qua don qu’ô po-yo bin sorti stu bougre-là ? Y  éto l’premi cop qu’al en va-yo un !!        

    Aprés quéques dzos de bon-ne sope u lard é pi d’gaufes de bié na, ô s’éto bié rempieumé, l’papioulé. Pi un matin, pu de papioulé ! Ol éto parti dans la né sans dère atsi. Ol avo tot d’min-me laissi un p’tiét cadiau qu’é arrivé quéques mas pu tard : eune feuye tote papioulée c’man son pére. Pi qu’a toudze tiri de son coûté.  Pi qu’un dzo a voli parti c’man son pére. Qu’a été s’piéci, pi qu’é dzamé rev’ni.

          La mére va toudze en tsan és tseuvres. Al passe bié des cops d’vant ste boutseûre quouâ qu’al a vu les pis du papioulé. Y a des nés ô qu’al vouâ des pis pretot, des pis qu’dépassan d’la grandze, du greni, du sayo du dzardin…..

          Ya des dzos o qu’al sondze a allé meûrri dans la boutseûre. Ma y é eune feune qu’ain-me pas dérandzi l’monde. Vos cognéssi bin la Gustine. Al crin le freu note Gustine ; y é pas leuille qu’va laissi dépassi ses pis…. !!

Augustine en avait trouvé un dans la haie

 

 

 

     C’est en revenant de garder ses chèvres qu’Augustine avait vu les deux pieds qui sortaient de la haie. Et il n’y avait pas que les pieds, il y avait tout le reste : un homme aux vêtements déchirés, blessé un peu partout, qui se plaignait....qui se plaignait...

 

    Elle est allé chercher sa brouette, elle l’a chargé avec difficulté et l’a enmené chez elle. Elle lui a donné à boire, elle a nettoyé sa jambe, très enflée et toute noire. Elle a versée dessus un verre d’eau de vie, qui l’a bien réveillé !! En le regardant mieux, elle s’est aperçue que l’homme était rouquin et couvert de taches de rousseur. D’où venait-il ce vagabond ? C’est la première fois qu’elle en voyait un, avec de tels cheveux !!

      Après quelques repas de bonne soupe au lard et de gauffres de sarrazin ; il avait retrouvé la santé. Et un matin, il est parti sans dire merci, tout en laissant un petit cadeau, arrivé quelques mois plus tard : une fille rouquine comme son père. Et qui lui ressemblait tellement, qu’une fois grande, elle est partie, elle aussi. Partie pour être domestique et sans retour chez sa mère.

    

  Augustine va toujours garder ses chèvres. Elle passe souvent devant la haie en se souvenant des pieds du rouquin. Certaines nuits elle voit des pieds partout, des pieds qui dépassent de la grange, du grenier, du portillon du jardin...

      De temps en temps, elle pense a mourir dans la haie. Mais c’est une femme qui ne veut déranger personne . Vous connaissez Augustine ; elle ne supporte pas le froid ;  ce n’est vraiment pas elle qui va laisser traîner ses pieds n’importe où.... !!