Une petite histoire arrivée autrefois plus souvent qu'on ne pense. Pas loin de celles des migrants d'aujourdhui...

 

 

 

 

 

Dans la s'vire à feumi

 

_ «Sacré ch'tite garce, t'a rempyi la s'vire à feumi davu le r'gain. Te sé don pas qu'le r'gain, yé p'les vatses qu'an des viaus».

Le Guste, en raveune c'man un nid d'grondes, corre, corre vès la s'vire. Ôl a pas corri bié loin; les quate pues de la fortse à feumi se san appeuyi su son beuil tot rond c'man un toniau. Ma, y éto pas le diab-ye que t'no le mangue de la fortse, y éto la p'tiote Dzaneute, la servante du Guste pi d'la Tonia.

_«Si t'approtse du ch'tit qu'é dans la s'vire, dz'te preusse les bôyaus!!»

_«Mâ qui qu'te di là....Un ch'tit dans la s'vire!!!»

Le Guste s'é avanci vé la Dzaneute....Pas louan, la fortse à feumi a les pues agueusies c'man des épeunes d'agacia. Ya bin fallu qu'ôl y crâye quand le poure marmot s'é mis à creuyi!!

_«La Dzaneute, te va me débaréssi de st'empiâtre.... épi nos an pu besouan de ta! Prends ton ch'tit pi passe don voua la Tonia »

La Tonia li bailla dous-tras nippes pe fare des drapiaus, eune vieuille coveurte piéne de pretus, quéques sous. Ma, al volo pas quand main-me passi p'eune cretouse....

_«En partant, te prendra bin la vieuille tseuvre...Al a enco un p'tion de lait...Y poudze toudze t'arrandzi...!!»

La Dzaneute, sans ran dère, al a pri les nippes ,la coveurte,un ch'tit barreu tot bancalou épi la tseuvre...Al a pri quand main-me eune brassie de regain p'y mète son gâ à l'abri de la bise que tiro bié à la mi-mârs. Epi, al é parti su les tsemins, louan,louan....en causant tote soûle...« le Dzosé, ô vou pas tardé à r'veni....ô vou pas tardé à r'veni...». Le Dzosé qu'éto le gâ de la Tonia pi du Guste allo p'tète bin rev'ni dachtot.

Les grous mocheûs du tsatiau avin n'envyi le Dzosé à la guêrre davu bié des autes gâs.

Ma les vouasins en savin meu qu'la Tonia épi qu'le Guste. Y en fini p'y sava...Tot va s'arrandzi...Le Dzosé é pas louan de r'veni...

Ol é bin r'veni le Dzosé, ma entremi quate piantses...!!! Le Guste pi la Tonia an bin tsertsi lontemps la Dzaneute pi son ch'tit gâ. Al a dzamé r'veni, ni leuille, ni le ch'tit.

Le Guste pi la Tonia en causan pu guêre le sâ à la vyie... La s'vire à feumi les réveuille totes les nés...Y an bié du mau pe se rendremi...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans la brouette à fumier

 

_ <<Sacré petite gamine, tu as rempli la brouette à fumier avec du regain(2ème coupe de foin de meilleure qualité et plus souple au toucher). Tu ne sais donc pas que le regain est destiné aux vaches allaitantes!>>.

Auguste, en colère comme dans un nid de frelons court vers la brouette. Il n'a pas couru bien loin. Les quatres pointes de la fourche à fumier se sont appuyées sur son ventre tout rond comme un tonneau. Mais, ce n'était pas le diable qui tenait le manche de la fourche, c'était la petite Jeannette, l'employée d'Auguste et d'Antoinette.

_"Si tu t'approches du petit qui esr dans la brouette, je te perce le ventre!!".

_"Mais que dis-tu là...Un petit dans la brouette!!!"

Auguste s'est avancé vers Jeannette...Pas loin!! Les pointes de la fourche à fumier sont comme les épines de l'acacia. Il a bien fallu qu'il se rende à la raison quand le pauvre mioche s'est mis à crier!!

_"Tu vas me débarasser de cet oiseau...Et en plus, nous n'avons plus besoin de toi!! Charges-toi du môme et passe voir l'Antoinette...!"

L'Antoinette lui donna quelques vieux draps usagés pour des couches,un peu de monnaie et une vieille couverure trouée.

Mais, elle ne voulait pas paraître pour une femme un peu trop prête de son argent...

_ "En partant, tu prendas la vieille chèvre...Elle a encore un peu de lait.. çà peut t'arranger...

 

La Jeannette, sans rien dire, emporte le chargement dans une vieille cariole à deux roues après y avoir mis une fourchée de regain.

Pour protéger le petit môme, biensûr...La chèvre suit...en esséyant de croquer un brin de regain...Le vent du nord souffle comme d'ha bitude avec son ami le froid. Elle s'en va très loin par les chemins. Elle parle toute seule sans trop savoir où elle va...."Joseph, le fils d'Antoinette ne va pas tarder à revenir...ne va pas tarder à revenir...bientôt...bientôt..."

Les messieurs du gouvernement avaient envoyé le garçon à la guerre avec bien d'autres. Mais les voisins en savaient bien plus qu'Antoinette et Gustin.Tout finit par se savoir! Tout va s'arranger! Joseph va revenir bientôt...

Mais Joseph est revenu rapidement dans un cercueuil!!!

Auguste et Antoinette ont cherché bien longtemps Jeanette et son petit garçon. Ils ne sont jamais revenus...Les deux vieux n'en parlent plus guère le soir...La brouette à fumier les réveille toutes les nuits...Ils ont bien du mal à retrouver le sommeil...

Le sommeil de toujours les attend........